AVS 21 : 65 ans c'est toujours NON!

Avec 151'782 signatures récoltées, le référendum contre AVS 21 a largement abouti. La population pourra donc se prononcer dans les urnes dans le courant de l'automne 2022.

photo Eric Roset

Deux fois NON
La droite persiste et signe dans son projet de démantèlement des retraites. Malgré deux échecs en votation populaire, en 2004 contre la 11ème révision de l’AVS et en 2017 contre la Prévoyance vieillesse 2020, elle remet la compresse au mépris de la volonté populaire.

Travailler plus pour des rentes réduites, c’est NON !
AVS 21 n’est que le premier volet de l’attaque contre nos retraites. Le deuxième volet c’est la LPP 21 dont l’objectif est de baisser définitivement nos rentes du 2ème pilier.

L’AVS est une assurance solide
Pour parvenir à ses fins, la droite n’hésite pas à diffuser des fakes news, dont l’idée que l’AVS serait au bord du
gouffre. Or, les faits disent le contraire : l’AVS va bien. En 2020, elle a profité d’une modeste hausse des cotisations de 0,3%, ainsi que d’un rendement positif de ses placements. Résultat : un excédent de 1,9 milliard de francs.

Ce sont les riches qui vivent vieux
Le vieillissement de la population est un autre argument qui revient. Or, une étude en France, montre que
60% des plus pauvres sont déjà mort-e-s à 80 ans, alors que seulement 25% des plus riches sont décédé-e-s. Augmenter l’âge de la retraite, c’est priver la majorité des salarié-e-s de leurs quelques années de retraite en bonne santé.

Travailler jusqu’au tombeau, c’est NON !

AVS 21 n’est pas la réforme dont nous avons besoin. Aujourd’hui, une retraitée sur dix est pauvre. Ce qu’il nous faut, c’est augmenter les rentes, pas l’âge de la retraite. La Suisse est un pays riche qui peut et doit garantir une retraite digne à tout le monde.

64 ans, c’est déjà assez
AVS 21 prétérite les salariées qui ont déjà les conditions de travail les plus pénibles et les salaires les plus bas, car elles ne pourront pas s’offrir une préretraite, contrairement aux hauts cadres et autres managers.

Pénibilité et chômage
Dans certains secteurs, comme la santé par exemple, il est déjà difficile de travailler au-delà de 60 ans à cause de la pénibilité du travail. Par ailleurs, les personnes de 50 ans et plus souffrent d’un chômage de longue durée : leur nombre à l’aide sociale ne cesse de progresser.

Un vol à 10 milliards
C’est le montant qui sera économisé sur le dos des femmes, alors que dans la vie active les inégalités sont toujours là ! Les femmes touchent des salaires en moyenne de 19% plus bas que les hommes et assument gratuitement la majorité du travail domestique, éducatif et de soins. Ces inégalités ont un impact direct sur les rentes des femmes : celles-ci sont en moyenne 37% inférieures à celles des hommes.

65 ans aujourd’hui, c’est 67 demain
Accepter les 65 ans aujourd’hui, c’est ouvrir une autoroute à la droite qui veut imposer une augmentation générale de l’âge de la retraite à 67 ans pour tout le monde. Il faut se mobiliser!

La génération transitoire flouée
Seules les femmes nées en 1963 et en 1964 toucheront le supplément en entier si elles travaillent jusqu’à 65 ans. Le modèle retenu discrimine les mères actives professionnellement : le bonus éducatif s’ajoutant à leur salaire, elles ont un revenu déterminant plus élevé, ce qui réduira leur droit au supplément.

Drapeaux

Sur ce site, commandez gratuitement le drapeau de campagne contre AVS 21 et accrochez-le à votre fenêtre, votre balcon, votre portail...

Badges et autocollants

Commandez des badges et des autocollants au secrétariat SSP de votre région ou en adressant un message à . Ne relâchons pas la pression !

Matériel de mobilisation

Vous pouvez acheter en ligne des sacs et des t-shirts "AVS 21 : 65 c'est toujours non" sur cette boutique à but non lucratif.

La mobilisation en images

Galerie: AVS 21 : 65 ans c'est toujours NON - Manifestation nationale du 18 septembre à Berne

© Eric Roset