Révision de la maturité gymnasiale

Le projet «Évolution de la maturité gymnasiale» aura des conséquences importantes pour les enseignant·e·s des écoles de maturité.

Pixabay

Notre syndicat au niveau national suit de près cette révision. Il se prononce contre une logique professionnalisante et managériale. Il s'oppose à un émiettement des savoirs, défend la liberté pédagogique des enseignant·e·s et demande des mesures sérieuses de lutte contre les inégalités.

Lancé au niveau fédéral en 2018, le projet «Évolution de la maturité gymnasiale» vise à revoir le Plan d’études cadre (PEC) et le règlement/l’ordonnance sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale (RRM/ORM). Il est prévu que les deux nouveaux textes de référence entrent en vigueur en août 2023 (pour le RRM/ORM) et en 2024 (pour le PEC).

Une phase dite de «consultation interne» a débuté le 15 avril 2021. Elle s'est terminée le 15 juillet s’agissant du RRM/ORM et dure jusqu’au 30 septembre s’agissant de PEC. Le SSP avait demandé un délai plus long et une consultation plus large auprès du corps enseignant concerné.

Réponse à la consultation RRM/ORM

Vous trouverez ci-dessous la réponse adressée par notre syndicat aux autorités compétentes dans le cadre de la première phase de consultation (2021) sur le Règlement/l’Ordonnance sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale (RRM/ORM).

Downloads
14.07.2021 Révision maturité: position du SSP sur les modifications du RRM/ORM PDF (275 kB)

Résolution adoptée par la Conférence fédérative «Formation, éducation et recherche» du SSP des 1er et 2 avril 2022

Cette résolution rappelle les principales positions défendues par notre syndicat depuis le début du processus.

Downloads
02.04.2022 Réforme de la maturité gymnasiale: les revendications du SSP PDF (47 kB)

Vaud: page du SSP-Enseignement du canton de Vaud consacrée à la réforme de la maturité

https://vaud.ssp-vpod.ch/matu2023-campagneVD

  • Du temps pour une véritable consultation

    Pour le SSP, il est essentiel que les enseignant·e·s concerné·e·s puissent faire entendre leur voix concernant la révision de la maturité fédérale. Cela implique: suffisamment de temps pour consulter les documents, la possibilité d’en discuter entre collègues et d’échanger des points de vue, de prendre connaissance des informations venant des syndicats, etc.