L'appel des femmes du SSP contre AVS 21

de: Communiqué de presse de la Commission fédérative des femmes du SSP

Les femmes du Syndicat des services publics (SSP) appellent la population à voter non à AVS 21 et non à la hausse de la TVA.

photo Valdemar Verissimo

Nous sommes celles qui gardent vos enfants parce que vous et votre conjoint·e travaillez. Nous sommes celles qui soignent quand vous êtes malade ou très âgé·e, celles qui étaient là pendant la pandémie au péril de leur propre santé. Nous sommes celles qui nettoient vos bureaux, parfois vos foyers. Nous sommes toutes ces travailleuses des métiers essentiels sans lesquelles la société et l’économie ne fonctionneraient pas. Nos métiers sont précieux, mais ils sont dévalorisés : nos salaires sont bas, nos conditions de travail se péjorent. La pénibilité de notre travail n’est pas reconnue.

Dans nos foyers, nous assumons encore le gros du travail domestique, éducatif et de soins gratuitement, assurant le bien-être de nos proches. En Suisse, encore aujourd’hui, 80% des mères travaillent à temps partiel pour consacrer du temps aux enfants et à la vie de famille. La majorité des proches aidants sont des femmes. Certes il y a des hommes qui s’impliquent, mais les choses évoluent lentement.

Les inégalités de salaires, les temps partiels et le travail gratuit entraînent des conséquences sur nos salaires qui restent plus bas que ceux des hommes. Résultat : nos rentes sont, tous piliers confondus, 37% inférieures à celles des hommes.

C’est pourquoi, nous disons NON à AVS 21. Nous réfutons les arguments qui visent à nous convaincre, au nom de l’égalité, d’accepter une péjoration de nos conditions de retraite et une baisse de notre pouvoir d’achat.

Parce que les finances de l’AVS vont bien. Toutes les prévisions catastrophistes annoncées par le passé se sont révélées fausses. Alors, qu’il y a dix ans, on annonçait l’effondrement du fonds AVS, en 2021 sa fortune est de 49,7 milliards.

Parce qu’un oui à AVS 21 ouvre la porte à l’élévation de l’âge de la retraite de toutes et tous à 67 ans, alors que les personnes de plus de 55 ans ont de la peine à rester en emploi ou à en retrouver un si elles sont au chômage, et ce même dans les secteurs où il y a pénurie de personnel.

Parce que l’augmentation de l’espérance de vie est compensée par l’augmentation de la masse salariale et par une plus grande productivité, ainsi que par la croissance de l’emploi des femmes. De plus, l’espérance de vie stagne. Elle a même reculé pour la première fois en 2020, en raison du Covid.

Enfin, vivre plus longtemps est un signe de progrès social et les retraité·e·s apportent aussi beaucoup à la société, notamment en termes de garde des petits-enfants et de proche-aidants.

Parce que nous vivons actuellement une période marquée par une hausse de l’inflation qui plombe nos budgets, nous refusons une augmentation antisociale de la TVA qui va aggraver la situation financière des salarié·e·s et les retraité·e·s.

Pour toutes ces raisons, les femmes du SSP vous invitent à voter 2 x NON le 25 septembre prochain !