Solidarité avec les personnels de la santé : tou-te-s à la manifestation du 30 octobre 2021 !

photo Eric Roset

de: Commission Migration

La Commission fédérative de la migration du SSP partage les préoccupations et les revendications des personnels de la santé qui manifesteront à Berne le samedi 30 octobre. Elle tient à exprimer sa solidarité avec la lutte légitime des travailleuses et des travailleurs de la santé.

En Suisse, une personne sur quatre qui travaille dans le domaine de la santé humaine et de l’action sociale est issue de la migration (1). Les trois quarts sont des femmes, en majorité des jeunes et plus de 80% proviennent des pays frontaliers. Force est de constater que sans l’apport de la migration, quelques soit le statut, le système de santé suisse ne fonctionnerait pas.

Pendant la pandémie, nous avons été parmi celles et ceux qui ont applaudi les personnels de santé qui ont été là pour nous, pour sauver nos vies et pour nous soigner. Le 30 octobre, nous serons à Berne avec les personnels de santé pour soutenir leurs revendications et exiger des mesures concrètes, parmi lesquelles une prime Covid pour tout le monde et des augmentations salariales qui compensent la pénibilité des métiers de la santé.

Nous soutenons aussi l’exigence d’avoir davantage de personnel, de former davantage de personnel et de reconnaître les qualifications du personnel immigré. En effet, aujourd’hui, les travailleuses et les travailleurs de la santé sont fatigué-e-s, épuisé-e-s et découragé-e-s : alors qu’on manque de personnel, 40% des soignant-e-s quittent le secteur prématurément, dont un tiers avant 35 ans. Ce n’est pas un hasard : le secteur de la santé est majoritairement composé de femmes. Or il est très difficile de combiner une vie professionnelle avec une vie familiale, voir avec une vie privée tout court. Les horaires, les rythmes et l’intensité du travail sont tels que de plus en plus de travailleuses et de travailleurs finissent par s’épuiser et abandonner le métier. Face à ce désastre, le Conseil fédéral et le parlement n’offrent qu’un contre-projet insuffisant à l’initiative de l’Association suisse des infirmières, ainsi qu’une augmentation de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans, alors qu’une majorité des personnels quittent le métier bien avant. C’est inacceptable.

Enfin, les personnels de santé ne sont pas les seuls à faire les frais de ce système de santé. Les usagers-ères souffrent aussi d’une détérioration de la qualité des soins. En premier lieu, les populations fragilisées, dont nombre de migrant-e-s. Pour assurer à toutes et tous des soins de qualité, nous avons besoin sortir le système de santé du dictat du marché. Et nous avons besoin d’un personnel de santé qui va bien, qui a de bonnes conditions de travail, qui est reconnu et respecté.

Car si le personnel est épuisé, les malades sont en danger !

→ Inscrivez-vous pour participer à la manifestation du 30 octobre à Berne


(1) https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20201012