Mercredi 12 mai : Journée internationale des soins

Walk of care et mobilisations !

Depuis plus d'un an, les personnels de la santé doivent faire face à une crise sanitaire sans précédent. Une crise sanitaire meurtrière et épuisante. Celles et ceux qui ont accompagné et soigné la population tout au long de l’année écoulée ont été soumis à des sollicitations fortes et, en conséquence, ont aussi subi des atteintes à leur santé. Heure supplémentaire après heure supplémentaire, pression et stress constants. Après la vague, c'est avant la prochaine vague, et entre les vagues, il faut rattraper tous les traitements reportés.

Ni les employeurs ni les autorités n’ont apporté de réponse aux questions essentielles : comment réduire la pression mentale et physique permanentes et éviter des atteintes à la santé ? Et puis, il y celles et ceux qui ont été contaminés sur leur lieu de travail par des formes parfois graves de la maladie et qui doivent maintenant affronter le comportement scandaleux des compagnies d'assurance. Dans de nombreux cas, les assureurs refusent de reconnaître la Covid-19 comme une maladie professionnelle au prétexte que les malades ne peuvent pas prouver que la contamination s’est déroulée sur le lieu de travail.

L'été dernier, les principaux syndicats et associations professionnelles du secteur de la santé ont fondé une alliance afin de faire entendre leur voix. Une voix plus forte pour les revendications des personnels de la santé. Le signal était clair : nous ne continuerons pas comme ça. La pandémie a mis en lumière ce qui couvait depuis longtemps. Surcharges, pénibilité, absence de reconnaissance font que de personnels qualifiés quittent définitivement leur profession après quelques années seulement de pratique. D’autres en tombent malades.

En octobre 2020, une mobilisation du secteur santé a parcouru la Suisse, malgré la 2e vague qui grossissait déjà.

Qu'est-ce qui a été amélioré depuis? Des discussions ont lieu au niveau national entre syndicats, employeurs et autorités, des primes COVID ont été versées ci et là. Mais ça ne suffit pas. Pour preuve, dans le canton de Neuchâtel, les associations d’employeurs ont annoncé qu’elles allaient dénoncer la Convention collective de travail qui pose les règles minimales en matière de conditions de travail de l’ensemble des employé-e-s du secteur. Motif patronal : réduire les coûts ! Une agression inouïe envers le personnel en pleine pandémie.

Notre réponse syndicale : Ensemble, les personnels de la santé organisent une marche à travers les rues de la Ville de Neuchâtel. Rendez-vous à 17h00 au Parking de la Riveraine à Neuchâtel !

Cette News au format PDF