80'000 signatures : lettre ouverte au Conseil fédéral

de: Communiqué SSP

Depuis l’entrée en vigueur de l’ordonnance du Conseil fédéral prévoyant la suspension des dispositions de la loi sur le travail (LTr) relatives au temps de travail et de repos (art. 10a Ordonnance 2 COVID-19) un vide juridique s’est installé dans notre pays.

A la suite de la pétition que nous avons lancée il y a une semaine, nous recevons chaque heure des informations provenant de toutes les régions de la Suisse et montrant clairement que la confusion ne fait qu’augmenter. Certains employeurs continuent d’appliquer la loi sur le travail, tandis que d’autres utilisent la confusion actuelle pour exiger encore davantage de flexibilité et de disponibilité de la part de leur personnel.

En même temps, nous constatons aussi avec une immense préoccupation que des personnes à risques continuent de travailler dans des institutions de soins qui accueillent ou soignent des patients COVID. Des vies sont ainsi mises en danger tous les jours.

Et puis, la pénurie du matériel et le manque de coordination au niveau des directives concernant l’utilisation du matériel de protection fait encore monter l’incertitude et la pression dans les institutions sanitaires.

Près de 80'000 personnes ont signé la pétition et soutiennent notre revendication demandant la prise de dispositions de protection claires et transparentes en faveur du personnel hospitalier. Cet appel urgent est une invitation à la Confédération et aux cantons à intervenir pour garantir la sécurité du personnel du secteur de la santé.

Nous demandons donc de modifier l’Ordonnance 2 COVID sur deux points:

  • Les personnes à risques ne sont pas autorisées à travailler; elles doivent impérativement rester chez elles et toucher l’entier de leur salaire ;
  • La loi sur le travail reste le cadre de référence légal pour protéger la santé du personnel hospitalier
Cette News au format PDF