RFFA: une victoire pour les milieux patronaux, mais le score du «non» est loin d’être négligeable

Le Syndicat des services publics (SSP) regrette l’issue de la votation sur la RFFA. En dernière instance, c’est le financement supplémentaire en faveur de l’AVS qui a fait pencher la balance en faveur du «oui». Il a permis de faire passer l’arnaque fiscale nettement refusée en votation il y a à peine deux ans. Cette issue ne profitera qu’à une infime minorité de propriétaires d’entreprises, au détriment de l’écrasante majorité de la population, d’ici et d’ailleurs. Le score du «non» est toutefois loin d’être négligeable, ce qui encourage notre syndicat à poursuivre son combat pour la justice fiscale et contre le démantèlement des services publics.

Le SSP a été l’un des principaux animateurs du Comité «RIE3, RFFA: non, c’est NON!», qui a lancé et fait aboutir le référendum à l’origine de la votation de ce jour. A nos yeux, son résultat s’explique par trois facteurs:

  • Tout d’abord, l’énorme disproportion de moyens entre partisan·e·s et opposant·e·s de la RFFA. Financés à coup de millions par les grandes entreprises, les premiers ont inondé le pays de leurs affiches, tous-ménages et publicités dans les médias. Ils ont certainement dépensé cent fois plus d’argent, au bas mot, que notre comité référendaire. Bref, c’était un peu le combat de David contre Goliath…
  • Deuxièmement, la RFFA a été soutenue par une ample coalition, réunissant l’ensemble des organisations patronales et presque tous les partis, ce qui a permis de ratisser large.
  • Enfin, la stratégie des partisan·e·s de la RFFA a fonctionné: appâter les citoyen·ne·s par un financement supplémentaire en faveur de l’AVS afin de faire passer l’arnaque fiscale nettement refusée en votation il y a à peine deux ans. Si cette manœuvre politicienne a pu marcher, c’est grâce à l’attachement de la population à l’AVS. Cet attachement est d’ailleurs de bon augure pour les batailles à venir contre le projet AVS 21 et, en particulier, contre la hausse à 65 ans de l’âge de la retraite des femmes.

L’issue de cette votation constitue, à n’en point douter, une victoire pour les milieux patronaux. Les propriétaires des entreprises les plus rentables, les 1% d’ultra-riches, bénéficieront en effet d’un formidable cadeau fiscal, à hauteur de plusieurs milliards de francs. L’écrasante majorité de la population, d’ici et d’ailleurs, en paiera le prix. La RFFA entraînera ainsi des coupes massives dans les services publics. Elle privera également les collectivités publiques des ressources nécessaires pour répondre à l’urgence climatique. Enfin, grâce à cette loi, les multinationales continueront à transférer en Suisse l’argent arraché aux pays pauvres, condamnant à la misère des dizaines de millions d’êtres humains.

Le SSP tient toutefois à souligner que, dans le contexte de cette bataille référendaire, le score du «non» est loin d’être négligeable. Il est l’expression du rejet que stimule la politique de dumping fiscal que la RFFA consolide et de ses effets néfastes pour les 99% de la population. Cela nous encourage à poursuivre notre combat pour la justice fiscale et contre le démantèlement des services publics.

Cette News au format PDF