Aucune place pour les harceleurs!

Photo Eric Roset

de: Katharina Prelicz-Huber, présidente SSP, et Stefan Giger, secrétaire général SSP

Communiqué du Syndicat des services publics suite à l’article publié dans la Tribune de Genève le 7 décembre 2019.

Suite aux informations parues dans la presse, le Syndicat des services publics (SSP) salue le courage de plusieurs femmes qui, ayant été confrontées au harcèlement ainsi qu’à des attouchements non souhaités de la part d’un représentant syndical, ont pris la responsabilité de la dénonciation publique. La honte doit changer de camp, les harceleurs doivent être sanctionnés.

En première ligne depuis toujours dans le combat des femmes pour l’égalité entre femmes et hommes et contre toute forme de harcèlement, le SSP est le syndicat le plus féminisé de Suisse avec 56% de ses membres qui sont des femmes. Ce sont les femmes de notre syndicat qui, les premières, se sont engagées dans le lancement de la Grève des femmes* qui a déferlé partout en Suisse le 14 juin dernier. Le combat contre toute forme de violences faites aux femmes doit continuer avec encore plus de vigueur et de rigueur.
Malheureusement, nos milieux ne sont pas totalement imperméables à l’intrusion de tels comportements. Dès lors, aucune indulgence ne peut être accordée à qui se rend coupable de tels comportements, aucune forme de harcèlement ne peut être admise dans les syndicats, aucune place ne doit subsister pour les harceleurs, quelles que soient leurs éventuelles «qualités de syndicaliste».

Nous appelons toutes les femmes victimes de harcèlement sexuel à se défendre. Les militantes et les militants du SSP avec nos secrétariats reçoivent avec la confidentialité requise toute plainte afin de conseiller et de défendre les femmes victimes de violence.

Cette News au format PDF