Solidarité avec les salarié-e-s en grève du groupe Tamedia

Le Syndicat des services publics (SSP) exprime sa pleine solidarité avec les journalistes, typographes, correctrices et correcteurs des rédactions du Matin, du Matin Dimanche, de 24 heures et de la Tribune de Genève, en grève depuis le 3 juillet. 

Le SSP dénonce les menaces de licenciement immédiat et de résiliation de la CCT brandies par la direction de Tamedia pour effrayer les grévistes. Il s’agit d’une grave attaque contre le droit de grève, garanti par la Constitution, et contre les droits syndicaux.

Malgré les menaces, une majorité de salarié-e-s ont décidé, ce mercredi, de continuer leur mouvement. Leur courage est à saluer.

Il est proprement scandaleux que le groupe Tamedia, dont les bénéfices se chiffrent en millions et dont la famille propriétaire figure parmi les 300 plus importantes fortunes de Suisse, licencie des dizaines de salarié-e-s et décrète la mort d’un quotidien populaire, Le Matin. Ce d’autant plus que des alternatives sérieuses ont été proposées par la société de rédaction du quotidien.

Le futur de dizaines de salarié-e-s et de leurs familles est en jeu. Celui de la presse écrite aussi, soumise à une véritable entreprise de démolition orchestrée par une poignée d’éditeurs.

L’avenir des médias ne doit pas être guidé par des critères de rentabilité. Il doit faire l’objet d’un large débat, intégrant la nécessité de garantir un véritable service public de l’information, accessible à toutes et tous.

Solidarité avec les grévistes de Tamedia !

Cette News au format PDF