Il est temps qu'une femme préside l'USS

Photo Eric Roset

de: Michela Bovolenta

La Commission des femmes de l’USS a lancé un appel (voir le lien en bas) aux délégué-e-s du Congrès de l'USS, car elle considère que le temps est venu d’élire une femme à la tête de l’Union syndicale suisse.

Les raisons d’élire une femme, près plus de 100 ans de suprématie masculine (hormis la courte période durant laquelle Christine Brunner a co-présidé l’USS avec Vasco Pedrina) sont nombreuses. L’USS est la principale organisation des travailleuses et des travailleurs en Suisse. Depuis des années, grâce aussi à la présence de militantes syndicalistes et féministes, l’USS se mobilise en faveur de l’égalité, non seulement salariale, mais aussi des conditions de travail et de carrière. Avec l’élection d’une femme comme présidente, elle donnerait un signal clair et cohérent avec les principes qu’elle défend : à profil et compétences égales, la priorité doit être donner à une femme. Car le plafond de verre reste bien en place non seulement dans les entreprises privées, mais aussi dans le secteur public et en politique.

Aujourd’hui, les femmes représentent 30% des effectifs syndicaux de l’USS. La part de femmes membres des syndicats augmente constamment, car les femmes salariées sont de plus en plus nombreuses. Mais aussi parce que les travailleuses sont majoritaires dans les emplois moins bien rémunérés, avec des contrats précaires et des conditions de travail et des horaires flexibilisés. C’est aussi pour cela, que les syndicats doivent faire de la lutte pour l’égalité des droits des femmes une priorité.

Le SSP a choisi de soutenir Barbara Gysi en tant que future présidente de l’USS. Un choix cohérent avec notre engagement en faveur des femmes et notre participation à cette année de mobilisation féministe dont l’objectif est d’organiser une grève féministe et des femmes le 14 juin 2019.

Une femme à la tête de l’USS

Cette News au format PDF