Mobilisées contre la violence

L’agression de cinq femmes à Genève prouve une fois de plus la nécessité d’une mobilisation féministe. Le 22 septembre, mobilisons-nous toutes et tous à Berne!

Le 8 août dernier, cinq femmes qui rentraient chez elles après une soirée en boîte se sont fait tabasser par un groupe d’hommes à Genève. Une manifestation a été immédiatement organisée par les milieux féministes et de gauche, suivie d’autres rassemblements dans des villes romandes et jusqu’à Zurich et Berne. Alors que, depuis des mois, les femmes se mobilisent contre les violences sexistes, cette agression a fait, à juste titre, couler beaucoup d’encre. Quelques jours avant cet événement, la vidéo d’une jeune parisienne recevant une baffe de la part d’un jeune homme qui l’avait harcelée verbalement et n’avait pas supporté qu’elle réagisse avait fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Ces agressions se sont passées dans la rue, et non pas sur un lieu de travail. Pourtant, en tant que femmes syndicalistes, nous nous sentons concernées.

Une violence indivisble
Nous sommes concernées parce que la violence à l’encontre des femmes est une et indivisible: celui qui agresse une femme dans la rue ne respectera ni sa compagne à la maison, ni sa collègue sur le lieu de travail. C’est une réalité qui fait mal. Mal aux femmes, qui ne peuvent se sentir en sécurité nulle part. Mal aux hommes, qui peuvent se sentir mis en cause injustement. C’est peut-être en raison de ce malaise que le débat a rapidement glissé, une fois de plus, sur la question des migrants. Cet homme étranger qui viendrait d’un ailleurs lointain – même s’il est né ici –, qui aurait une autre culture, que l’on devine inférieure à la nôtre, et qui aurait une image rétrograde de la femme représente l’échappatoire idéale: se rassurer, se disculper, se déresponsabilier. En parlant du migrant, en accusant les femmes de gauche qui ont lancé les premières la mobilisation de faire dans l’angélisme, on escamote le sujet principal: la violence à l’encontre des femmes.

Sexisme sans frontières
Pourtant, durant ces derniers mois et années, nous avons assisté à nombre de scandales qui ont impliqué des hommes blancs, cultivés, riches, bien de chez nous: des Strauss-Kahn, des Weinstein, des Berlusconi, des Buttet. Certes, les formes et l’intensité varient. Mais les mécanismes sont comparables. Si bien que les femmes se mobilisent partout: de Bombay à New York, de Buenos Aires à Madrid en passant par Genève. Alors, admettons que la violence contre les femmes ne connaît pas de frontières: ni de territoire, ni de race, ni de classe. Il s’agit d’une violence de genre enracinée dans un sexisme ordinaire.

Réaction décevante
Face au tollé soulevé par l’agression des cinq genevoises, le conseiller d’Etat Pierre Maudet s’est senti en devoir de réagir. Sans surprise, il a pointé du doigt les immigrés qui auraient grandi dans des cultures patriarcales, sous-entendant que la culture suisse n’en serait pas une. Fort de ce constat, il propose d’améliorer l’intégration des migrants. Le ministre propose aussi d’augmenter les effectifs de la police. Pas besoin de consulter une boule de cristal pour deviner qu’avec ce type de mesures, on n’ira nulle part. Augmenter les effectifs de la police, c’est en effet intervenir au bout du processus. Alors qu’il faut intervenir en amont, en menant de vraies campagnes de prévention dans les écoles, les entreprises, les instances judiciaires.

Egalité et service public
Pour mettre en échec la violence à l’encontre des femmes, il faut surtout faire progresser l’égalité dans les faits en mettant fin aux discriminations et au sexisme. Il faut aussi, et cela nous intéresse particulièrement comme syndicat des services publics, mettre en place une vraie politique publique de l’égalité – qui comprend la prévention et d’aide aux victimes de violence, mais aussi des mesures de lutte contre les discriminations et de promotion de l’égalité dans les domaines professionnel, familial et de la vie publique. Pour cela, il faut des moyens financiers à même de développer le service public.

Or, c’est le contraire qui se passe. Il y a deux ans, le Conseil fédéral décidait par exemple de supprimer, dès 2019, l’aide financière prévue dans la Loi sur l’égalité à onze services de consultation pour les femmes, répartis sur tout le territoire national.

Face à un tel immobilisme, la seule solution est que les femmes, soutenues par les hommes solidaires, prennent les choses en main et se mobilisent à nouveau.

D’abord le 22 septembre, puis pendant toute l’année, jusqu’à la grève du 14 juin 2019.

Vers une grève féministe!

La tâche qui reste à accomplir pour faire passer l’égalité des droits dans les faits est encore énorme. Les femmes savent que rien ne leur est donné. Le débat sur l’agression des cinq femmes genevoises le prouve, une fois de plus.

Les premières réunions autour de l’idée de faire une grève féministe en 2019 ont été très fructueuses. Des collectifs se sont mis sur pied dans tous les cantons romands. Nos amies alémaniques et tessinoises tiendront des assises le 8 septembre prochain.

Les femmes présentes sont de toutes les générations. Les plus anciennes se sont battues pour le droit de vote des femmes; nombreuses sont celles qui ont participé à la première grève des femmes, le 14 juin 1991. Les plus jeunes découvrent le féminisme et donnent un nouvel élan au mouvement. Les milieux présents sont variés: syndicats et organisations LGBT, partis politiques et organisations de défense des migrantes.

Ensemble, nous participerons à la manifestation du 22 septembre à Berne. Ensemble, nous organiserons une grève des femmes le 14 juin 2019.

Car le temps est venu de donner le coup de massue à un système patriarcal qui a fait son temps.


Événements sur ce thème

Manifestation nationale - Pour l'égalité et contre les discriminations!

Toutes et tous à la manifestation du samedi 22 septembre à Berne!

Adresse: Schützenmatte, Berne