Signez le référendum contre RFFA!

Non à de nouveaux cadeaux fiscaux aux grandes entreprises! Non aux coupes dans les services publics! Téléchargez la feuille référendaire ci-dessous.

  • 1. Au plan fiscal, la RFFA est la sœur jumelle de la RIE III. Les quelques «améliorations» dont font état ses partisan.e.s de gauche doivent en effet être fortement relativisées. Il en va ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, de l’augmentation du taux d’imposition des dividendes. Ces derniers continueraient à être largement défiscalisés, contrairement aux revenus des salarié.e.s, imposés jusqu’au dernier centime. Pour l’essentiel, la RFFA ne fait que remplacer les statuts fiscaux spéciaux par de nouvelles niches fiscales. De plus, grâce à la hausse de la part de l’Impôt fédéral direct (IFD) revenant aux cantons, elle stimulera une baisse massive de l’imposition des entreprises au plan cantonal, alors que la Suisse est déjà à la pointe du dumping fiscal international.
  • 2. Cette politique de défiscalisation des grandes entreprises et de leurs actionnaires se traduit, en premier lieu, par des coupes massives dans les services publics, au détriment des crèches et garderies, de la prise en charge des personnes âgées, de l’accès aux études supérieures, des transports publics, etc. Et des salarié.e.s qui travaillent dans les services publics et dans le parapublic! Elle alimente également un transfert de la «charge fiscale» sur le dos des salarié.e.s et des retraité.e.s, ainsi qu’un accroissement des inégalités sociales. Enfin, en poursuivant cette politique, la Suisse continue à être la locomotive du pillage de la substance fiscale des pays du Sud, ce qui condamne à la pauvreté des millions d’êtres humains.
  • 3. La RFFA comporte certes un point positif: le financement supplémentaire, à hauteur de 2 milliards de francs, pour l’AVS. Cela n’a pourtant rien d’une compensation: les retraité.e.s, actuel.le.s et futur.e.s, ne toucheraient pas un franc de plus! De surcroît, ce sont elles et eux qui devraient largement financer cette prétendue «compensation». Quant à «l’argument» d’après lequel le financement supplémentaire pour l’AVS nous mettrait à l’abri de toute augmentation de l’âge de la retraite des femmes, autant croire au Père Noël! A court terme, la priorité des milieux patronaux, c’est de mettre sous toit une réforme fiscale profitant aux grandes entreprises et aux actionnaires; par la suite, ils reviendront à la charge avec l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes. Bref, avec la RFFA, les grandes entreprises et les actionnaires bénéficieraient de milliards de francs de cadeaux fiscaux supplémentaires alors que les salarié.e.s et retraité.e.s devraient se contenter d’une belle promesse. C’est donc bel et bien un marché de dupes!

Formulaire de signatures

Downloads
09.10.2018 RFFA feuille référendaire SSP PDF (736 kB)