Lancement de la campagne contre la RFFA

NON à une nouvelle arnaque fiscale le 19 mai 2019!

L’alliance référendaire «RIE III, RFFA: Non, c’est NON!» a lancé le 28 mars 2019, lors d’une conférence de presse, la campagne de votation contre la Loi fédérale relative à la réforme fiscale et au financement de l’AVS (RFFA). C’est avec une campagne engagée qu’elle souhaite mettre en échec ce projet.

La proposition de RFFA revient à tenter de «faire du neuf avec du vieux», d’après Regula Rytz, présidente des VERTS Suisse. «Elle ne fait que continuer à attiser le dumping fiscal intercantonal et international et ne permet donc en aucun cas de sortir de l’impasse», a-t-elle déclarée.

Katharina Prelicz, présidente du SSP, a ajouté: «Les Chambres fédérales méprisent la volonté populaire: les citoyennes et citoyens s’étaient clairement exprimé.e.s contre de nouveaux cadeaux fiscaux pour les grandes entreprises aux dépens du service public». Or, comme la RIE III, la RFFA ne profiterait qu’aux grands actionnaires des entreprises les plus rentables et se traduirait par des coupes massives au détriment des soins dans les hôpitaux, de la prise en charge des personnes âgées, etc.

Pour Lisa Mazzone, conseillère nationale et vice-présidente des VERTS, «la protection du climat pâtirait également du manque de fonds dû aux pertes fiscales découlant de la RFFA». De même, comme l’a souligné Gabriella Lima, porte-parole de solidaritéS, «en attirant des sociétés étrangères ici, la Suisse extorque des recettes fiscales à plusieurs pays, condamnant des millions de personnes à la pauvreté».

L’alliance référendaire soutient l’injection de fonds dans l’AVS, couplée à la RFFA. Pour Agostino Soldini, secrétaire central du SSP, cette mesure n’est toutefois en rien une «compensation sociale»: «les retraité.e.s, actuel.le.s et futur.e.s, ne toucheraient pas un franc de plus», s’est-il exclamé.

Bref, aux yeux de l’alliance référendaire «RIE III, RFFA: NON, c’est NON!», la RFFA ne profiterait qu’aux 1% d’ultra-riches au détriment de l’immense majorité de la population, d’ici et d’ailleurs. Elle appelle donc les citoyennes et citoyens à la rejeter le 19 mai 2019.