Grève féministe

photo Eric Roset

2021 est une année jubilaire pour les femmes: cela fait 50 ans que nous avons le droit de vote, 40 ans que l’article constitutionnel sur l’égalité a été adopté, le 14 juin 1981. Une année jubilaire qui montre la lenteur avec laquelle nos droits ont progressé, ainsi que la persévérance et l’énergie qu’il a fallu à plusieurs générations de militantes pour obtenir un droit qui faisait déjà partie de l’histoire dans la plupart des pays du monde.

Cette persévérance nous a été nécessaire pour conquérir chacun de nos droits. Pensons à la solution des délais en matière d’avortement, au congé maternité, à l’article constitutionnel pour l’égalité. Une énergie qui a valu à la Suisse, pays de la paix du travail, deux grèves féministes qui ont marqué l’histoire et qui constituent un fil rouge entre les générations. 1991 et 2019: deux moments forts qui ont permis à des dizaines de milliers de femmes de prendre conscience de leurs droits, mais surtout de comprendre que ces droits, il faut se battre ensemble pour les conquérir. Des moments aussi qui ont permis de construire des solidarités dans une société où le patronat et la droite n’hésitent jamais à appliquer le bon vieux dicton du « diviser pour régner ».

En ce début d’année jubilaire, ces solidarités se sont exprimées avec une vigueur renouvelée lors des Assises de la Grève féministe et des femmes*, qui se sont tenues virtuellement à cause de la pandémie, réunissant plus de 500 femmes* déterminées à ne rien lâcher.

En 2021, nous ne lâcherons rien sur les retraites. Malgré deux votations perdues, le Conseil fédéral – son ministre socialiste Alain Berset en tête –, la droite et le patronat s’obstinent à vouloir nous imposer une hausse de l’âge de la retraite des femmes. L’Appel de l’USS, lancé après la décision de la majorité de la commission du Conseil des Etats de péjorer AVS 21, a récolté plus de 250 000 signatures en quelques jours. Un signal fort contre une réforme qui n’est que poudre aux yeux. Les mesures dites de compensation ne sont que des mesures transitoires qui visent à « acheter » des voix, comme l’a dit si bien Jérôme Cosandey, patron d’Avenir suisse, sur les ondes de la RTS (1). Mais nos vies et nos voix ne sont pas à vendre. AVS 21 doit être retirée. La réforme dont nous avons besoin doit augmenter les rentes, pas l’âge de la retraite.

En 2021, nous ne nous laisserons pas diviser. Nous refusons les faux semblants dont se pare l’initiative de l’UDC sur l’interdiction de se dissimuler le visage. Une initiative à l’image du parti qui l’a lancée: xénophobe, islamophobe et misogyne. Avec son initiative, l’UDC mène un énième combat contre « les étrangers », remet une couche de haine supplémentaire envers les musulman-e-s et considère les femmes comme des êtres incapables de décider elles-mêmes comment elles veulent s’habiller.

En 2021, d’autres combats nous attendent: la révision de la loi qui punit les crimes sexuels, le mariage pour toutes, ou encore la convergence des luttes avec la grève pour l’avenir prévue le 21 mai prochain.

Nous aurons besoin de beaucoup de persévérance et d’énergie !


(1) Forum, 1er février 2021.

14 juin 2021

► Plus d'infos

AVS 21

65 ans, c'est toujours NON
► Plus d'infos

8 mars 2021

Covid ou pas, nous sommes toujours là !
► Programmes, informations et matériel

Nos cahiers de revendications

Photo Eric Roset

Déposés en 2019 dans le cadre de la Grève féministe et des femmes du 14 juin, nos cahiers de revendications sont encore d'actualité puisque nos demandes n'ont, à ce jour, pas été concrétisées dans la majorité des cas. Nous continuons à nous battre et appelons nos membres à s'organiser sur leur lieu de travail pour maintenir la pression !
► En savoir plus