Références: compléments

Nouvelles parutions.

Compléments aux choix de références présentés dans l'ouvrage.


Patrick Auderset, Florian Eitel, Marc Gigase, Daniel Krämer, Matthieu Leimgruber, Malik Mazbouri, Marc Perrenoud, François Vallotton (éd.)

La Grève Générale de 1918 – Crises, conflits, controverses/Der Landesstreik 1918. Krisen, Konflikte, Kontroveren

Coédition Traverse 2018/2 - Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier Hors-série 2018

Zurich : Chronos Verlag et Lausanne: Editions d'en bas, 2018

Table des matières et éditorial: https://www.chronos-verlag.ch/sites/default/files/buchauszug_978-3-905315-74-5_traverse2018_2.pdf

Nous recommandons tout particulièrement la lecture de l'éditorial


Hans Ulrich Jost

"Der Zürcher Bankangestelltenstreik vom 30.Sept./1.Okt.1918"

http://home.citycable.ch/josthistoire/resources/Bankangstreik.pdf


Martin Lengwiler, Matthieu Leimgruber

"L’influence de la grève générale sur la politique sociale au lendemain de la Première Guerre mondiale" in: Sécurité sociale CHSS n°3, septembre 2018

Disponible en ligne: https://soziale-sicherheit-chss.ch/fr/artikel/linfluence-de-la-greve-generale-%E2%80%A8sur-la-politique-sociale-au-lendemain-de-la-premiere-guerre-mondiale/


Jean-Claude Rennwald, Adrian Zimmermann (éd.)

La Grève générale de 1918 en Suisse. Histoire et répercussions

Neuchâtel: Alphil, 2018


Dossier «La grève générale, 1918-2018», Pages de gauche, n° 169, automne 2018

Disponible en ligne: entretien avec l'historien Pierre Eichenberger, membre du comité de rédaction de Traverse.


Signalons aussi la réédition des deux ouvrages de

Willi Gautschi

Der Landesstreik 1918 et Der Landesstreik 1918 Dokumente

Zurich : Chronos Verlag, 2018

Postface de Hans Ulrich Jost

Extrait de la postface (traduction):

"Ainsi, la grève était presque le seul moyen de pression politique restant qui était équivalent dans une certaine mesure à celui des organisations faîtières et des lobbies bourgeois. On ne peut donc nier sa légitimité, surtout au vu de la situation d'urgence de 1918. Mais c’est précisément ce dernier point qui montre aussi que l'histoire de la grève générale ne peut être considérée comme terminée. Tant que son interprétation est basée sur la compréhension actuelle de l'État, la grève générale est un élément de contradiction et de défi. Il est d'autant plus nécessaire de l'inclure non seulement dans le tableau général et vulgarisé de l'histoire suisse, mais aussi dans un débat permanent fondé sur la recherche historique".